Cornillon-Confoux en Provence

Ravissant petit village perché à 118 mètres d’altitude, d’origine celto-ligure, construit sur un éperon rocheux, Cornillon-Confoux protège sa remarquable authenticité. Le tour du village, tout au long de son « baou », domine un panorama exceptionnel sur les Alpilles, le Lubéron, le mont Ventoux, la Sainte-Victoire, l’étang de Berre, le pays salonais et la vallée de la Touloubre.

Son histoire

Le site de Cornillon servit d’habitat dès la plus haute antiquité. Du néolithique final au début de notre ère, différentes peuplades pastorales et agricoles se succèdent. Les derniers celto-ligures, dominés par les Grecs de Massalia, appellent les Romains à leur rescousse. Après maintes invasions, le terroir de Cornillon devient propriété des comtes de Provence puis est rattaché à l’archevêché d’Arles. L’arrivée des moines de Montmajour (11e siècle) donne un élan de prospérité : on édifie une église et des chapelles, l’agriculture se développe, surtout avec l’assèchement des marais environnants. Les Cornillonnais deviennent Français en 1481. C’est officiellement par le décret du 18 novembre 1919 que la commune a été autorisée à joindre le nom de Confoux à celui de Cornillon

Son village

En marchant dans les ruelles de Cornillon-Confoux, vous découvrirez de petites maisons de pierres collées les unes aux autres et des jardins ombragés aux multiples richesses. La place de l’Église est le cœur du village avec son église et le presbytère du XIIe siècle (aménagé en meublés de tourisme), le Beffroi ou Tour de l’horloge. Le tour du baou vous offrira un panorama exceptionnel sur toute la région, du mont Ventoux à l’étang de Berre, la plaine du pays salonais et les travaux d’Adam de Craponne.

Ses quartiers

La commune de Cornillon-Confoux est divisée en quelques quartiers, récents ou datant d’une époque très reculée… Le quartier de Pont-de-Rhaud est sans doute le plus pittoresque et une balade sur les rives de la Touloubre ou près du lavoir vous plongera dans une époque pas si lointaine…