Festival d’art lyrique d’Aix – projection de Salomé

Dans une Palestine crépusculaire, peu avant la venue du Messie, Salomé s’éprend du prophète Iokanaan qui la repousse ; son beau-père Hérode n’a d’yeux que pour elle, qui le rejette. Double et morbide frustration : en échange d’une danse, la princesse exige la tête du saint. Météorite sulfureux entremêlant à l’extrême pulsions de vie et de mort, sexualité et religion, Salomé, d’après Oscar Wilde, est un sommet d’incandescence vocale porté par l’orchestre le plus expressif et le plus élaboré de la modernité européenne : le chef-d’œuvre de l’orientalisme et du symbolisme décadents – interdit à sa création et programmé partout pour cette raison même. Mais c’est avant tout une histoire d’amour hors du commun, une quête exemplaire d’absolu, qu’Andrea Breth et Ingo Metzmacher – auxquels le Festival doit un inoubliable Jakob Lenz en 2019 – souhaitent raconter, en allant du romantisme allemand à la fin du monde contemporain. Elsa Dreisig tient pour la première fois le rôle-titre, alliant engagement total et séduction de la jeunesse. Durée : 1h40 sans entracte Gratuit, sur réservation

Home Les évenements à venir Festival d’art lyrique d’Aix – projection de Salomé

Date

22 07 2022

Heure

20h30

Festival d’art lyrique d’Aix – projection de Salomé

Dans une Palestine crépusculaire, peu avant la venue du Messie, Salomé s’éprend du prophète Iokanaan qui la repousse ; son beau-père Hérode n’a d’yeux que pour elle, qui le rejette. Double et morbide frustration : en échange d’une danse, la princesse exige la tête du saint. Météorite sulfureux entremêlant à l’extrême pulsions de vie et de mort, sexualité et religion, Salomé, d’après Oscar Wilde, est un sommet d’incandescence vocale porté par l’orchestre le plus expressif et le plus élaboré de la modernité européenne : le chef-d’œuvre de l’orientalisme et du symbolisme décadents – interdit à sa création et programmé partout pour cette raison même. Mais c’est avant tout une histoire d’amour hors du commun, une quête exemplaire d’absolu, qu’Andrea Breth et Ingo Metzmacher – auxquels le Festival doit un inoubliable Jakob Lenz en 2019 – souhaitent raconter, en allant du romantisme allemand à la fin du monde contemporain. Elsa Dreisig tient pour la première fois le rôle-titre, alliant engagement total et séduction de la jeunesse.

Durée : 1h40 sans entracte
Gratuit, sur réservation

Les commentaires sont fermés.